Ils sont fous, ces héros

Ils sont fous, ces héros

À l’occasion de la Semaine de la Santé Mentale, le magazine Femmes d'aujourd'hui a posé des questions à différents spécialistes sur l'état psychique de ceux qui font les beaux jours de nos fictions préférées. A cette occasion, on m'a demandé de décrypter le cas de Morgane Alvaro, l'héroïne de la série HPI.

Extrait:

Femme de ménage dotée de 160 de QI, Morgane Alvaro (alias Audrey Fleurot) résout plusieurs affaires judiciaires grâce à sa vivacité d’esprit et devient consultante pour la police, malgré des méthodes très personnelles et une insoumission crasse. (Saison 2 sur TF1 au printemps 2022)

L’avis de Cathy Assenheim, neuropsychologue

«Certes, Morgane Alvaro est une caricature - alors qu’il y a autant de profils HP qu’il y a de gens -, mais son personnage est finalement assez proche de la réalité. La série fait très bien passer l’idée que le haut potentiel est une particularité cérébrale permettant de faire rapidement des liens entre les faits et de voir des détails que d’autres ne voient pas. Par contre, il y a selon moi un amalgame entre ‘haut potentiel’ et ‘hypersensibilité’.

Le côté excessif de Morgane (immature, fofolle, vêtements colorés, difficultés relationnelles) relève avant tout de l’hypersensibilité. On a tendance à mélanger les deux, alors que l’hypersensibilité ne concerne que 2 HP sur 5. Le message positif de la série, c’est que, comme Morgane, on peut assumer totalement ses différences !»

Allons plus loin

Le haut potentiel est une particularité cérébrale : la partie intellectuelle du cerveau tourne plus vite et plus fort. De la même façon, dans l’hypersensibilité, c’est la partie émotionnelle et sensorielle du cerveau qui tourne plus vite, d’où une grande empathie, une lecture aisée du langage non verbal, des sens exacerbés, des difficultés relationnelles…